fête de la musique. deuxième partie.

Publié le par BUK

j'écoute Souad Massi
son chant plein de fleurs
sa délicatesse au creux
de ses mains
sa beauté
ça me rappelle
quelques années en
arrière - ivre - rétamé
sur la banquette arrière
de cette voiture
qui filait à l'hosto
pour voir mon père -
titubant dans les couloirs
berbères mendiants et
fées aux ailes blanches -
on buvait de la 1664
sur le balcon - face
aux marais salants
où décollaient de
gros zinc pour
la Bolivie - Munich
ou Varsovie -
et Souad Massi
chante toujours
dans ma tête les
soirs où je veux me
tirer une balle -
elle berce mes blessures
elle veille sur mes nuits
trop blanches où je suis absent
de tout - et surtout de moi-même
calmement
sereinement.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Greensleeves / John Coltrane / soprano saxophone / ténor saxophone / Eric Dolphy/alto saxophone / Eric Dolphy/alto saxophone / bass clarinett  / Garvin Bushell / oboe / contrebasson / Amhed Abou Malik / oud /  McCoyTyner / piano / Jimmy Garrison / bass / Elvin Jones / drums

dans l'enfer de bavardage / bass / piano/et paf / John sorti de l'ombre comme un pigeon apeuré par les cris des gens /  fuz/ fuzz / libère le bébère mendiant aux yeux profanes / sous le vide des esclaves morts dans l'épave du son / swingue le rêve hurlant des solos béliqueux / le break /piano /drums / Elvin Jones à jeun / piano aux touches noires et bleues du blues de la vie / de la mort dans les veines mais Fichtre / bass de-ci de-là et dedans le badaboom huh hih / l'éclair du sax brillant étincelle la magie d'une puce once de quintescence / un peu ivre / mais non mais non / souffle souffle putain de dieu et finit le morceau ensorcelé d'un éclat / d'un diamant aussi pur que la vérité

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Greensleeves coda

de John Coltrane
the classic quartet
in studio
les volets ouverts
sur les tours de
la cité - j'écris
le casque sur les oreilles
un scotch bien tassé
prés du clavier
il fait noir
l'écran illumine
ma gueule pas
rasée depuis
deux semaines
deux semaines de nuits
où j'écris
et John swingue
comme un dingue

Commenter cet article