Cités.

Publié le par BUK

Où sont les prairies

éperdues de mon enfance

que j'aimais tant fouler -

tout n'est que béton armé

les rues tristes où tombe

de la pluie polluée -

les rues sont mortes

ceux qui les foulent

seront morts

d'une trace d'un petit cancer

au coin de leurs yeux -

qui inspire la pitié

cité du sexe et du meutre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article