La course.

Publié le par BUK

Sans relâche

jusqu'à ce que ce pauvre coeur

lâche

inspirer expirer

envoyer valdinguer

le petit colimaçon sacré

car c'est une brute épaisse

comme un léger malaise

qui me court après

comme un athlète renfrogné

je loupe le départ

lorsque le témoin

m'échappe des mains.

Commenter cet article