La fièvre.

Publié le par BUK

Je poursuit le gyrophare

qui danse devant moi

qu'écrire après tout cela

ce n'est qu'une poussée de fièvre

 

 

on s'habitue aux ecchymoses

on s'évertue à se pâlir

dans la glace

 

 

je cherche dans un silence absolu

le piaillement des oiseaux

valent mieux que les klaxons

des autos

 

 

sans ma lanterne

je suis terne

j'éponge les songes

des mauvaises nuits

 

 

à cracher à tousser

toutes ces glaires

comme des peintures de joie

sur la table en formica.

Commenter cet article