Le masque.

Publié le par BUK

plus amère que douce
elle caresse le chat
et me crie dessus -
je planque tout ce qui déborde
les naufrages et les enjoliveurs perdus
dans un virage trop serré -
j'évite son regard dressé
sur les raisons de mon tourment
je préfère rire dans ma tête
dans la langueur de ma solitude
assoiffée de poèmes -
de chuchotements de la plume sur le papier
sous la lampe du bureau quand elle s'est enfin endormie -
elle me dit qu'il faudrait tout descendre à la cave
parce que c'est le bordel
oui dans ma vie c'est le bordel -
aimer les mauvaises personnes ou faire semblant
se torturer à vau-l'au
effleurer l'abîme sous un noisetier
l'air de rien dans le vent -
un sourire forcé quand tout va mal
un masque de plus
alors que rien ne va vraiment
je tempête à l'intérieur
au fond de mon gouffre je souffre
en silence -
je ravale ma rancoeur en regardant
les pies du jardin du voisin - de ma fenêtre -
elle vient de se barrer
dans un crissement de pneus -
je peux vivre enfin.

Commenter cet article