Les barreaux.

Publié le par BUK

Il y a tant de barreaux

au troisième étage

de cet asile d'aliénés

qu'il est impossible de se défenestrer

mais cette mort est angoissante -

je fais semblant de lire

un vieux Tolstoï meurtri

en attendant mon tour -

ça parle de T.S avortées

je vois dans le reflet sec

des tables en formica

le crane d'Antonin

les yeux d'Antonin

les mains d'Antonin -

j'entends la voix d'Antonin

ça pue le mal être et le supplice

le soleil cogne mon dos frêle

baie vitrée blindée

barreaux rouillés

derrière - le parc semble s'être transformé en paradis

mais dans cette pièce

tous ces êtres sont en sursis.



Commenter cet article