tant pis.

Publié le par BUK

j'enfile les nuits blanches
comme des perles
pour un collier de fatigue
tant pis
je n'ai que cette fenêtre
en cristaux liquides sur
l'extérieur de mes nuits bleues
là sur la page blanche
j'y mets mes tripes
et si ça ne suffit pas
je m'en irai
comme on déserte
comme on se cache
dans les corridors tristes
au fond des douves
tant pis -
le vent se lève
dans la tiédeur de ma nuit
coincé entre deux mots
le dos courbé sur la page
jusqu' en avoir une douleur latente
entre les deux omoplates et partout
puis taper sur le clavier comme un fou
jusqu'au cri du loup
et cette connerie de réveil matin
qui ne sert à rien
un café fusain
deux tartines aux pastels
le bruit qui monte à ma fenêtre
la beauté du petit matin à l'agonie
tant pis.

Commenter cet article