Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tout est fini.

Tout est fini plus de larmes dans ma voix mes gestes ternis de mort - tout est fini comme ce clairon blafard qui s'échappe de nulle part - tout est fini la grande messe des sentiments comme un violon langoureux - tout est fini quand tout recommence c'est...

Lire la suite

Tordu.

Je suis tordu comme un clou planté dans la chaire - je suis bossu je ne veux pas divulguer mon tohu-bohu - j'ai ce feu en moi que je m'éreinte à raviver au concert au bal des casse-pieds - je suis perdu - pendu - fendu par les pieds en sang que ma bouche...

Lire la suite

Blessé.

Je suis blessé dans la merde jusqu'au cou dans la dégueulasserie scintillante d'une autre mauvaise pente - j'ai changé de braquets mais je n'en peux plus je ne sais plus - comme un vertige le nez en l'air et les pieds à terre.

Lire la suite

Les cloisons fragiles.

Et le soleil a disparu dans un fracas d'épines pleurer pour pleurer la perte d'un ami d'un amour - à mon tour ma route est sinueuse et tourmentée - comme ces petits carnets que je remplis de mots de chaque année - retrouver le troupeau d'hommes d'humains...

Lire la suite

Juste mâcher mon couteau.

Je balade mon refrain ma folie - mon couplet ma force et mon regret ma tangente et mes arguments ma bague sur mes doigts d'os ma langue lourde et revêche ma peau inondée de soleil - il faut au moins de la vitamine dans ce corps que je déplore cette escalade...

Lire la suite

Jusqu'à l'os.

Jusqu'à l'os l'influence - dans quarante-huit heures je devrai m'exprimer clairement - ou alors chari-vari de mots de mon état d'esprit - l'asile ou la mort ou la scie circulaire qui me tétanise jusqu'à l'os - les bruits toujours le spleen toujours la...

Lire la suite

A travers la fenêtre.

Je ne veux n'être que spleen avance d'un pas lent chaloupé comme un tourment inondé de parcelles corrosives fières d'être là - à m'enfoncer à forger en moi un mal douteux difficile à diagnostiquer comme une perfusion qu'on arrache parce qu'il fait trop...

Lire la suite

Néant.

Le veilleur de nuit laissera passer l'affaire les sursauts de larmes de la 102 - les cris plaintifs de la 08 - les ravages de la folie de la 37 - il passera l'éponge comme toutes ces chambres avides de liberté - il n'écrira rien sur la feuille de service...

Lire la suite

Une fois de plus.

Je n'ai pas pu je n'ai pas su me protéger - assez de larmes pour remplir ce vase sans fleurs sans d'autres lueurs que celles de mes ténèbres - ce que je garde en moi ne m'appartient plus ce n'est qu'un fracas de plus dans le vacarme de la rue - j'accroche...

Lire la suite

1 2 > >>